Newsletter

 
 

Actualité

L’échange de maison ouvre le champ des possibles, avec des points et des ballons !

Le 28 novembre 2016 à 01:52

camago-500

Tous les adeptes de l’échange de maison ont fait cette cruelle expérience un jour : vous rêvez d’aller à Bali dans cette villa au milieu des rizières de Jatiluwih, où le temps semble s’être arrêté.

Votre échangeur potentiel a inscrit Paris dans sa liste de destination et semble être le partenaire idéal ; hélas, il vient juste de finaliser un accord avec Paris et souhaite aller à Londres où vivent ses enfants. L’inverse vous est aussi souvent arrivé, ces Australiens qui font leur tour d’Europe et voudraient passer quelques jours dans la ville Lumière. Même si Qantas est la compagnie la plus sure du monde selon « Rainman », vous ne pouvez envisager un si long voyage pour un laps de temps si court, et pendant les vacances d’été, les terres australes sont plongées dans les froids hivernaux.

C’est justement en tentant d’échanger son appartement parisien contre un logement à Florence sans y parvenir, qu’un ancien membre de Trocmaison, Emmanuel Arnaud, a eu avec Charles Édouard Girard, l’idée audacieuse en 2010 de lancer un nouveau système d’échange de maison Guest to Guest, qui ne soit plus exclusivement basé sur la réciprocité. Le principe est simple : un membre A qui habite Paris désireux d’aller chez un membre B qui habite Florence, désireux d’aller à Barcelone chez un membre C.

Comment cela se passe-t-il concrètement ? En fonction de sa situation géographique et de son nombre de couchages, un algorithme attribue à la maison du gentil membre « Guest to Guest » une valeur en points par nuit (entre 80 et 130 en moyenne) avec la possibilité de moduler cette estimation, en l’augmentant de 20% ou en la diminuant à sa guise. En prêtant sa maison, le membre accumule les « guest points » qui permettent d’aller passer un certain nombre de nuits chez un autre membre en fonction de la valeur attribuée à son domicile en «guest points » par nuit.

Pas de frais d’abonnement, et en bonus, le nouvel entrant sur le site se voit attribuer un nombre de « guest points » d’emblée pour peu qu’il remplisse son profil avec photos et il recevra des points supplémentaires s’il accepte que son identité soit vérifiée (badge vert), pour la somme de 25 euros. J’ai personnellement fait l’expérience de demander à utiliser mes guest points de bienvenue en banlieue parisienne quand je recevais de la famille chez moi, sans offrir d’échange et ai rencontré peu de succès : « C’est logique, explique Charles Edouard Girard, qu’une personne soit intriguée par le fait qu’une personne voulant aller chez elle sans se voir proposer d’échange »

La non réciprocité peut-elle induire une inquiétude ? Justement Guest to Guest associé à la Maif propose également de prendre une assurance, une caution fixée par le membre dont elle prélève 3%, mais cela n’est pas obligatoire. « Après avoir fait un premier échange en général, les membres deviennent accroc au système, note Charles-Edouard Girard.  85% des invités deviennent hôtes ». Si les échanges mutuels persistent, « 70% de nos échanges annuels consistent en des échanges non réciproques ».

La réussite de Guest to Guest est tangible, le nombre d’adhérents a augmenté de 10% en un an, une progression exponentielle. Le site, qui revendique 272.000 membres actifs, s’est désormais fixé de faire la chasse aux membres dormants, les curieux qui se sont inscrits sur le site puisque c’est gratuit, qui ne mettent pas de photos et ne répondent pas aux sollicitations du site, verront leur compte clos. Il en va de la crédibilité de Guest to Guest.

L’avènement d’Airbnb a joué un rôle moteur dans le succès de cette nouvelle formule d’échange de maison : « Les gens se sont rendus compte qu’il était souvent plus agréable d’être accueillis chez un l’habitant que dans un hôtel.  Airbnb a finalement démocratisé l’idée d’accueillir chez soi un inconnu », note le cofondateur de Guest to Guest, qui était jusque-là réservé à des happy few » de Trocmaison, Love Home Swap ou Homelink.  Guest to Guest revendique d’avoir ouvert l’échange de maison à des personnes qui n’avaient pas forcément des villas qui s’affichent dans des revues de décoration ni les moyens de partir à l’autre bout du monde : « Les échanges Guest to Guest restent largement interrégionaux, les Français entre eux, les Espagnols entre eux, les Américains entre eux, note Charles Edouard Girard. « La motivation de nos membres est avant tout économique », ce qui n’est pas forcément le cas des sites pionniers, dont la démarche semble davantage spirituelle.

L’étude réalisée par l’université de Bergame en 2013 sur les membres de Trocmaison, établissait que ses membres étaient globalement issus des couches moyennes et supérieures (CSP+) et parmi leur motivation «le faire des expériences culturelles authentique » était importante (18%), le désir de voyager plus souvent (21%) tout juste après celle de faire des économies (33%), et la motivation principale de ces voyageurs-échangeurs était à 44% de se frotter à une culture différente ; ce que revendique également Homelink.

Le site pionnier de l’échange de maison a fait le choix de ne pas déroger à sa vocation première, craignant de perdre son âme : « La question de nous lancer dans des échanges non-mutuels, a été discutée et rejetée pendant notre dernière assemblée générale, note Rita Cuzzupi, la responsable communication de Homelink (13000 adhérents revendiqués dans le monde), nous pensons qu’il n’est pas possible de créer des échanges humains si nous renonçons à la réciprocité ».

Pour faire d’une part face à la bien réelle concurrence d’Airbnb qui pourrait leur ravir des membres tentés de louer leur jolie maison plutôt que de l’échanger, et apporter une réponse à l’avènement des guest points, qui offre objectivement une plus grande souplesse que le système initial, les leaders du marché de l’échange que sont Love Home Swap (100.000 membres revendiqués) et Trocmaison (65000 membres revendiqués), se sont, eux, lancés dans l’aventure de l’échange non-mutuel ; chacun avec des formules très originales.

Outre l’échange réciproque, Love Home Swap propose trois formules : la location, comme Airbnb, mais sans prélever de taxe de service, l’échange en points depuis 2013 comme Guest to guest, avec une évaluation du logement par algorithme totalement modulable. Le site, qui également propose des points gratuits au nouveau membre, a récemment apporté une toute nouvelle innovation en proposant même à ses adhérents des « crédits de points ».

Imaginons que je veuille partir en Afrique du Sud – mon souhait le plus cher, mais j’ai épuisé mon nombre de points, je peux emprunter les points qu’il me manque moyennant finance. Jusqu’à 500 points, il m’en coûtera 59 euros, jusqu’à 1500 points, 119 euros Et jusqu’à 4000 points, 239 euros, avec l’obligation d’accueillir d’autres membres chez moi pour m’acquitter de ma dette en points. J’ai deux ans pour récupérer ces points empruntés en prêtant mon logement ; le site propose d’ailleurs de m’aider à trouver des personnes voulant séjourner chez moi, mais c’est logique pour éviter tout abus, je ne pourrai pas solliciter une nouvelle avance de points sans m’être acquittée de ma première dette. Si par malheur, je ne parvenais pas à solder cette avance en points, je devrais m’acquitter de 350 euros. Une telle proposition a pour effet d’encourager les voyages et aussi le réabonnement, puisque celui qui s’endette sera susceptible de prolonger son adhésion.

Du côté Trocmaison, la nécessité d’entrer dans la modernité a été ressentie comme impérieuse, cependant une grande prudence s’est imposée : «  nous nous refusons à créer un système qui sous couvert d’économie collaborative, consiste à créer en fait une nouvelle monnaie, note William Heinzer, son directeur Europe, il s’agit de rester fidèle à nos valeurs de départ, c’est pourquoi nous avons mis pas mal de temps à réfléchir à un système qui préserve nos principes fondateurs tout en ouvrant le champ des possibles ». C’est ainsi que Trocmaison a lancé il y a six mois à titre d’expérimentation, la formule « Passport » (terme générique mondial en anglais), un système d’échange non réciproque en offrant un « Ballon » (le logo de Trocmaison) aux membres les plus anciens et les plus fidèles.  Particularité de ce « Ballon » : il ne prend en compte ni la taille de la maison, ni sa localisation, ni le nombre de nuits passées. Le membre qui est reçu transfère un Ballon à celui qui reçoit. Rien d’autre : « J’étais très surprise, note Susan, membre de Trocmaison, [2] qui vit dans l’Oregon de recevoir six réponses positives sur mes neuf demandes, c’est bien plus que d’habitude ! Le fait d’utiliser Passeport ne m’imposait pas non plus d’échanger seulement avec des personnes qui, comme moi, ont un petit appartement. Je peux échanger avec une famille de cinq personnes qui, elle, peut utiliser son « ballon » pour aller où bon lui semble ». C’est le fameux potlach, le don contre don : une personne offre à une autre un objet en fonction de la valeur qu’elle accorde à l’objet, qui elle-même offre un objet qu’elle estime de même valeur. « Cette valeur est complètement subjective et n’obéit à aucun système marchand, c’est le principe que nous voulions conserver », confirme William Heinzer.

Devant le succès remporté au terme de ces essais, Trocmaison HomeExchange a décidé depuis la mi-novembre 2016 d’étendre cette possibilité à tous ses membres avec toujours la même exigence : aucune notion de valeur de la maison ou de l’appartement, aucune notion de durée. Pour intégrer le « club passport », il faudra cependant montrer patte blanche et avoir déjà reçu un hôte ou être membre depuis au moins un an.

Bon, vous savez presque tout sur l’échange non mutuel ! Entrez dans la danse, c’est tendance et racontez-nous vos expériences

 

Catherine Monroy

 

 

Echanger sa maison
Le nouvel esprit du voyage

Le premier guide complet sur l'échange de maison.
En vente dès maintenant !

Echanger sa maison, le nouvel esprit du voyage Je commande

Trouvez le site d’échange de maison qui est fait pour vous

Il existe 60 sites d'échange de maison à travers le monde. Camago vous aide à trouver celui qui correspond à votre façon de voyager.

Comparez les sites !

Faites des économies !

Camago vous permet d'économiser jusqu'à 60 Euros sur vos inscriptions aux différents sites d'échange de maison partenaires.

En savoir plus...
Soutenons La Quadrature du Net !
 

Les commentaires récents : 1 réaction

 

17 bonnes résolutions échanges de maison 2017 | Camago,  le dimanche 19 février 2017 à 21:49  #  

[…] L’échange de maison ouvre le champ des possibles, avec des points et des ballons ! […]

 
 

Laisser un commentaire